Par Amundi Le 05 octobre 2020

Nouvelle colocation Homnia

Non loin de la Poste, avenue Maransin à Lourdes, s’est ouvert lundi 14 septembre dernier la colocation du Club des six pour adultes en situation de handicap. Le départ d’un projet qui verra un tiers lieu et une colocation de séniors se greffer dans le même bâtiment.

Depuis lundi dernier, la colocation du Club des six, avenue Maransin à Lourdes, a officiellement ouvert ses portes. Prévue en mars initialement, retardée par le confinement bien que certains des adultes en situation de handicap aient pu déjà bénéficier en accueil de jour du bâtiment, cette colocation est le point central de la création d’un habitat inclusif dans l’ancien magasin France Télécom à Lourdes. Porté par Homnia, entreprise solidaire d’utilité sociale, le projet a vu sa construction démarrer fin 2018.


"C’est un projet que nous avons construit avec et autour de ma petite sœur au départ", précise Maïté Borde, en charge de la communication pour Homnia et le Club des six. "Après un accident, qui l’a laissé cérébrolésée, elle en a eu assez de vivre avec ses parents. Elle nous a fait prendre conscience que les personnes avec un handicap ont également des envies, des choix, alors que l’on choisit souvent à leur place, comme avec des jeunes enfants, car on croit bien faire. Mais cela peut être envahissant ou autoritaire. Elle nous a donc décrit le lieu de vit idéal, sauf qu’il était dans un logement autonome, qui pose le souci de l’isolement, et l’incapacité des personnes en situation de handicap de couvrir leur besoin car la prestation compensatoire du handicap est exprimée en nombre d’heures d’aide humaine et cela ne colle pas forcément aux besoins réels, et à différents moments de la journée, des personnes. Notre idée a donc été de mettre ces aides en commun pour tenir une journée pleine, arrêter ce travail morcelé." Ainsi est né le Club des six à La Croix-Valmer (83), cette colocation de six personnes en situation de handicap. Et le coup d’essai initial a été un tel succès que le concept est désormais répliqué ailleurs.


Seniors et tiers lieu
À Lourdes, ce sont en tout sept chambres qui sont ouvertes à la colocation : cinq pour une location permanente, une sixième chambre pour de l’hébergement temporaire des familles ou de personnes voulant découvrir le concept, et une septième chambre "tremplin" pour encourager à plus d’autonomie par la suite.

Cette colocation de personnes en situation de handicap n’est toutefois pas le seul projet à voir le jour dans l’ancien magasin France Télécom de l’avenue Maransin. Comme pour les autres colocations du Club des six portées par Homnia, le but est également d’inclure les colocataires dans la vie de leur quartier, de leur commune. Ainsi, une autre colocation va voir le jour au deuxième étage : la colocation Dinita, pour seniors. Celle-ci sera mise en place pour la fin de l’année. Autrement, Un tiers lieu va également être ouvert au rez-de-chaussée en avril 2021 suite à une demande de la précédente municipalité. Plusieurs projets sont déjà positionnés mais une enquête de quartier va être lancée d’ici la fin de l’année pour décider : bureau volant pour des freelance, working café, espace de convivialité et de rencontres. Des ateliers éphémères auront également lieu dans le bâtiment, menés par des associations. "L’idée était de faire rentrer les pèlerins et les touristes dans le bâtiment, poursuit Maïté Borde. Cela permettra également aux personnes en situation de handicap, ou aux seniors, de transmettre leur savoir et de croiser du monde. Les colocataires du Club des six seront d’ailleurs acteurs du tiers lieu, concernant la gestion du stock, l’entretien, l’accueil des usagers. Ce sera au volontariat."


Le début d’un processus
Après plusieurs années d’abandon, l’ancien bâtiment va reprendre pleinement vie avec ces deux colocations et ce tiers lieu dans les mois à venir. Les premiers colocataires du Club des six ont déjà commencé à habiter les lieux. D’autres vont les rejoindre dans les semaines à venir. "C’est un processus. Les colocataires se choisissent entre eux. Certains décident immédiatement de s’installer et d’autres prennent plus de temps. C’est le début de l’aventure !"

Ils peuvent toutefois déjà compter sur Jean-Marc Gonzales, l’animateur habitat inclusif de la colocation, en charge de réaliser les souhaits des colocataires, et sur Maurine, du prestataire de services à domicile d’Homnia, Cap’services, pour les accueillir. Le processus est enclenché avec une dizaine de personnes et petit à petit, les différents intervenants sont embauchés.

Haut de page