35
pays d'intervention
25,4
millions d'euros investis
95
partenaires
5,6
millions de bénéficiaires finaux

Besoins

La SIDI, Solidarité Internationale pour le Développement et l’Investissement, est un investisseur social et solidaire qui tente de répondre aux difficultés d’accès aux services financiers et économiques des populations vulnérables dans les pays en développement.

Afin d’améliorer leurs conditions de vie, la SIDI appuie ces personnes par l'intermédiaire des organisations qu’elle soutient, et contribue ainsi à lutter contre les exclusions et les inégalités sanitaires, sociales, économiques et culturelles.

Réponses apportées par l'entreprise

La SIDI appuie des organisations locales qui apportent des solutions économiques et sociales à ces populations, en particulier des :

  • Institutions de Microfinance sociales qui proposent en particulier des micro-crédits à des personnes exclues du système bancaire classique pour leur permettre de développer leurs activités économiques
  • Organisations Paysannes qui commercialisent la production des petits agriculteurs pour augmenter leur revenu

La Chaine de solidarité financière qui mobilise près de 1955 actionnaires militants et 2500 épargnants solidaires, permet à la SIDI de développer ses actions depuis plus de trente ans. Cette mobilisation d’institutionnels et de particuliers donne les moyens financiers à la SIDI de développer son activité d’investisseur solidaire, sans l’exigence d’un retour financier mais plutôt humain, social et environnemental.

 

La SIDI soutient ses organisations partenaires en fournissant deux appuis complémentaires :

  • Financement : prêts, participations au capital ou garanties
  • Accompagnement : appui technique dans des domaines spécifiques (formation, pilotage de la performance sociale, ressources humaines, comptabilité…)

 

 

Les actions

 

Le financement de la construction d'une usine de transformation de café au Rwanda

Née de la volonté des producteurs de café de se regrouper pour améliorer leur pouvoir de négociation des prix du café, la coopérative agricole KOPAKAMA s’est spécialisée dans la transformation et la vente de café arabica pour le marché international.

En  2016, la SIDI a cofinancé la construction d’une usine de transformation de café à des conditions adaptées pour la coopérative. Cette usine inaugurée en novembre 2017 permet à KOPAKAMA de maîtriser l’intégralité de la chaine de transformation du café et donc d’augmenter les revenus des producteurs tout en réduisant sa dépendance à des sous-traitants.

Depuis 2015, la coopérative est également bénéficiaire du fonds d’investissement FEFISOL (co-créé par la SIDI) qui lui octroie chaque année un crédit de campagne pour lui assurer les liquidités nécessaires à l’achat du café des membres dès la récolte.

KOPAKAMA est fortement engagée pour le développement de la région dans laquelle elle est implantée, et mène différents projets pour favoriser des pratiques culturales respectueuses de l’environnement, promouvoir l’émancipation des femmes et financer des infrastructures dans la zone.

 

L'appui financier de l'institution de microfinance ASALA en Palestine

L’association Asala a été créée en 1997 pour contribuer à l’insertion sociale et économique des femmes défavorisées en Palestine. L’association a notamment développé des activités de plaidoyer et de micro-crédit dans ce but.

En 2014, suite aux évolutions règlementaires en Palestine, Asala a séparé son activité en deux entités distinctes : une association qui développe des services non financiers (plaidoyer, éducation, formation) et une IMF qui octroie des micro-crédits. L’IMF dispose de neuf agences en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza et cible essentiellement des femmes aux revenus faibles situées dans les territoires ruraux de la Palestine. Les garanties demandées sont moins importantes que dans d’autres IMF et le montant moyen du prêt est de l’ordre 2 600 dollars à la fin de l’année 2017. Les services proposés par Asala sont très complémentaires car outre l’octroi de crédits par l’IMF, l’association accompagne les porteuses de projet par des formations, du conseil et un suivi régulier. 

C’est en 2007 que la SIDI a octroyé son premier prêt à ASALA pour lui permettre de renforcer ses liquidités et son offre de prêts. En 2014, lorsqu’ASALA est devenu une institution de microfinance régulée, la SIDI a décidé de soutenir son développement en lui octroyant un nouveau prêt qui contribue à assurer la pérennité des services de l’IMF malgré un contexte sécuritaire et économique instable.

 

 

L’accompagnement et le financement de l’entreprise sociale Nutri’zaza à Madagascar

Nutri’zaza est une entreprise sociale engagée pour la réduction de la malnutrition infantile chronique à Madagascar. Elle élabore et met à disposition un aliment fortifié de qualité avec un maximum de produits locaux adaptés aux besoins nutritionnels  (Koba Aina) et à un prix accessible à la population vulnérable dans les zones urbaines de Madagascar. La distribution s’opère selon différents réseaux :

  • Réseau de proximité, social ("Hotelin’jazakely": restaurants pour bébés, et porte à porte)
  • Réseau commercial (grossistes, épiceries, pharmacie…)
  • Réseau institutionnel (ONG, associations diverses, projet public…)

Nutri’zaza est une entreprise à vocation sociale, son modèle économique repose sur ces trois réseaux permettant d‘aboutir à l’équilibre économique, tout en priorisant l’impact social. L’entreprise met à disposition des familles un espace de contrôle de santé des enfants dans les restaurants pour bébés. Afin de renforcer son impact auprès des personnes les plus démunies,  la structure a aussi développé des partenariats durables avec des associations locales, qu’elle fournit régulièrement en Koba Aina à prix très préférentiels.

La SIDI a soutenu la création de l’entreprise en entrant à son capital, ce qui lui a permis de devenir membre du Conseil d’Administration de la structure et de pouvoir l’accompagner dans sa gouvernance. La SIDI a aussi permis à Nutri’zaza de bénéficier d’un chantier d’accompagnement technique dans sa gestion des ressources humaines. Le travail mené par un consultant bénévole de la SIDI a permis d’engager des réformes dans le fonctionnement des ressources humaines au sein de l’entreprise pour stabiliser les équipes, notamment les animatrices locales qui ont un rôle prépondérant dans le processus de préparation, de distribution et de sensibilisation à la malnutrition dans les quartiers pauvres.

 

 

Haut de page